­

DESIGN

ERGONOMIE

Conditions de travail des professionnels du design d’interfaces numériques travaillant pour les clients externes

Nous avons réalisé une étude auprès des professionnels du design d’interfaces numériques travaillant pour les clients externes. Nous nous sommes intéressées plus particulièrement aux prestations proposées et aux manières de travailler selon le profil (ergo, ux, ui…).

Malgré une centaine de réponses à certaines questions, il est impossible de généraliser les résultats à l’ensemble de la population des professionnels du design d’IHM travaillant pour des clients externes en France. Néanmoins, des tendances peuvent être observées et certaines d’entre elles nous ont d’ailleurs surpris.

Profils des répondants

La majorité des répondants sont des salariés d’ESN (Entreprises de Services du Numérique) travaillant en Ile de France. Leur background est soit design soit ergo/psycho/sciences-co (nous avons fusionné ces différentes réponses qui nous semblaient appartenir au même grand domaine).

Nous avons été étonnées que les 3/4 des répondants aient moins de 10 ans d’expérience. Est-ce qu’ils sont sur-représentés sur les canaux de communication utilisés pour partager l’étude (Twitter, la liste ergo-IHM et le Slack Flupa) ? Est-ce dû à l’engouement pour ce domaine ces dernières années ?

Graphique représentant la répartition des réponses concernant la question "combien d'années d'expérience avez-vous ?"

À la question, “Combien d’années d’expérience avez-vous”, 1/4 des répondants déclare avoir plus de 10 ans d’expérience (101 réponses).

Prestations

Sans surprise, le terme UX est très utilisé lorsque l’on demande comment se présente les professionnels d’interfaces numériques.

Graphique représentant la répartition des réponses concernant la manière dont les gens se présentent face aux clients

Les 3 termes les plus utilisés pour se présenter aux clients sont dans l’ordre : UX-designer, d’UI/UX deisgner et Ergonome (50 réponses).

 

Le type de prestations est également assez classique : du maquettage, des analyses expertes et des tests utilisateurs. En revanche, les résultats concernant la fréquence de facturation des différents types de prestations étaient plus informatifs. Une échelle à 5 points (jamais, rarement, de temps en temps, souvent et systématiquement ou presque) nous a permis d’évaluer cette fréquence, en précisant que la réponse devait porter sur le nombre de clients plutôt que sur le nombre de jours passés (l’observation prend du temps, mais est-elle souvent réalisée ?). Pour simplifier le graphique, nous avons choisi d’exclure la note intermédiaire “De temps en temps” et de fusionner les deux réponses de chaque côté de l’échelle.

Graphique représentant la répartition des réponses concernant la fréquence de facturation des différentes prestation

Les prestations les plus vendues par les répondants sont les maquettes, l’analyse experte et la gestion de projet, suivi de près par les tests utilisateurs (40 réponses).

Même si les maquettes sont globalement ce qui se vend le plus, ce ne sont pas les seules prestations vendues régulièrement. Contrairement à ce que l’on pourrait craindre, le temps de gestion de projet est souvent facturé par les professionnels du design.

En particulier les analyses expertes et les tests utilisateurs semblent vendus très régulièrement par 4 répondants sur 5. En revanche, seulement 1/5 vend régulièrement des focus group. Dans notre quotidien, c’est plutôt l’inverse que nous observons : nos clients sont plus enclins à acheter un atelier focus group qu’une analyse experte, car ils y voient plus de valeur et un livrable plus concret.

Conditions de travail

Cette partie du questionnaire nous a permis de valider une intuition : ces métiers sont fortement représentés dans les ESN.

Par ailleurs, nous ne nous attendions pas à ce que les salariés des ESN travaillent majoritairement dans leur entreprise et non chez le client.

Graphique représentant la répartition des réponses concernant le lieu de travail, selon le statut (freelance ou salarié ESN)

Lieu de travail selon le statut (restreint aux 6 combinaisons courantes : 38 réponses).

 

De même, nous avons pu observer que 40% des répondants déclarent travailler seuls (47 réponses). C’est intéressant de percevoir l’écart entre cette réalité et le prescrit. Dans notre représentation du métier, l’UX-designer travaille toujours en collaboration avec les autres métiers de la chaîne de conception. Nous nous interrogeons donc : comment intégrer les UX-designer dans les process de conception ?

Graphique représentant les réponses à la question "Avec qui travaillez-vous majoritairement ?"

40% des répondants déclarent travailler seuls (47 réponses).

 

Facturation

Cette quatrième partie aborde le sujet de la facturation. Les répondants ont déclaré facturer principalement aux jours réellement travaillés.

Graphique représentant la répartition des réponses concernant le type de facturation

Type de contrat : La moitié facture systématiquement aux jours réellement travaillés (51 réponses).

Nous avons mesuré précédemment dans l’étude que les prestations les plus vendues sont le maquettage basse et haute fidélité. Or, cet exercice provoque souvent de nombreux allers-retours avec le client ou les utilisateurs. Nous avons donc trouvé rassurant d’observer que 45% des répondants déclarent facturer au temps passé.

Par ailleurs, la majorité des répondants facturent moins de 4 jours par semaine, peut-être parce que les missions sont généralement courtes, ce qui génère beaucoup d’inter-contrat et de temps non facturé passé en avant-vente.

Graphique représentant la répartition des réponses concernant la question "quel pourcentage de temps facturez-vous aux clients ?"

La moitié des répondants facture moins de 4 jours par semaine (44 réponses).

 

Tarifs

Enfin, nous avons interrogé les professionnels du design d’interfaces numériques sur leur taux journalier moyen (TJM, tous indiqués hors taxe). En moyenne, ce TJM est de 612€ HT (en excluant les réponses de travailleurs hors France dont les TJM étaient très différents : 1500€/jour pour les 2 personnes en Suisse, 260€/jour pour la personne au Canada, et 800€/jour pour la personne en Equateur). Néanmoins, lors de notre étude 60% des personnes ont indiqué pratiquer un TJM variable selon le type de prestation : en moyenne entre 533 et 851€/jour selon la prestation réalisée.

Nous avons ensuite essayé de croiser plusieurs paramètres afin d’identifier si le TJM était dépendant de certains critères. Le nombre limité de réponses sur la question des tarifs (42 réponses) n’a pas permis d’identifier des différences statistiquement significatives¹ entre les groupes, sauf pour un cas : les UX-designer facturent significativement plus cher que les UI/UX designer (en moyenne 50€/jour). Une hypothèse permettant d’expliquer cette observation est que la spécialisation (UX vs UX-UI) est une marque d’expertise qui permet de justifier un tarif plus élevé.

Quoi qu’il en soit, le marché semble conscient de la valeur de l’UX-design puisque les clients sont prêts à payer autour de 600€/jour HT.

Étude dans l’étude, nous observons sans grande surprise que beaucoup de personnes refusent de communiquer sur leurs tarifs. En effet, la question du TJM pratiqué a été celle recueillant le moins de réponses : seulement 46 réponses sur 104, soit moins d’une personne sur deux. Est-ce que tout ce qui se rapporte à l’argent reste encore très tabou en France ?  

Graphique représentant les TJM moyens selon la manière de se présenter aux clients

Résultat du croisement des TJM selon le titre que les répondants se donnent (42 réponses, * différence significative entre UX-designer et UI/UX-designer). Le nombre de données par groupe est indiqué entre parenthèses après le nom de chaque groupe.

De notre côté, nous nous retrouvons dans la majorité des groupes. Nous venons des domaines de l’ergonomie et des sciences cognitives et sommes salariées d’une ESN avec 3-5 ans d’expérience. Nous travaillons seules ou en équipe surtout dans notre entreprise. Nous vendons surtout des entretiens, des maquettes et des tests utilisateurs, à un tarif entre 600 et 800€/jour selon les conditions.

Néanmoins, nous divergeons sur deux points avec les répondants. Le titre que l’on se donne et la facturation : ergonomes plutôt qu’UX-designer, et la facturation car nous travaillons souvent au forfait alors que la plupart facture au jour réellement travaillé. Cette étude nous permet d’enrichir notre réflexion et nous encourage en particulier à davantage essayer de facturer au jours réellement travaillés.

 

Pour plus de résultats, vous pouvez consulter le rapport entier ici.


¹ Tests statistiques : Mann & Whitney (𝛂 = 0,05)

 

 

Image représentant quelqu'un qui rempli un questionnaire
Tags : #business #design #enquête #ergonomie #ux-design

19 juin 2018
  • Partager

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.