­

ERGONOMIE

LA VIE À SOGILIS

L’Ergogame : un jeu pour découvrir les principes de conception d’ergonomie cognitive

Ergonomes à Sogilis depuis quelques mois, nous avons mis en place les Ergogames : un rendez-vous régulier ouvert à tous les membres de l’entreprise pour découvrir des notions d’ergonomie cognitive par le jeu. À chaque séance, des profils aussi variés que développeurs, DAF, assistante de direction ou chargée de projets innovants se retrouvent pour partager ensemble un moment de détente et d’apprentissage. Retour d’expérience sur la mise en place de ces Ergogames.

Photo lors d'un ergogame à Lyon

Pourquoi avons-nous lancé les Ergogames ?

Arrivées en novembre 2016, nous sommes les 2 ergonomes de Sogilis : Margaux et Marion. Très vite nous avons voulu expliquer notre métier. Nous avons donc pris une heure pour présenter l’ergonomie cognitive, sa méthode et quelques outils.

Puis le premier client en avant-vente est arrivé. C’est lors d’une session de maquettage collaboratif en équipe que nous nous sommes rendu compte que l’équipe technique ne partageait pas exactement notre vision de l’ergonomie cognitive : ce qui en faisait partie ou non, et ses fondements.

Afin d’unifier cette vision, nous avons décidé de la partager avec toute l’équipe de Sogilis, technique ou non, sous forme de jeu. Le but est de comprendre par l’expérience les grands principes de base de l’ergonomie cognitive.

Comment repenser la sensibilisation de l’ergonomie dans les équipes techniques ?

Nous avons voulu que ce soit un moment sympa, en équipe, où les gens apprennent des choses. Nous avons choisi d’instaurer de la gamification pour améliorer la rétention des informations partagées, et d’y associer un support, que chacun pourrait garder.

Nous avons cherché dans nos expériences passées ce qui pourrait correspondre à notre besoin. Lors d’un voyage à l’étranger, Marion se souvenait d’avoir été impressionnée par la capacité d’un musée à intéresser les enfants :

En passant devant la partie enfant du musée des civilisations d’Ottawa, je les ai vus tellement contents d’être au musée, il y avait de la vie, ils étaient curieux, touchaient à tout, posaient pleins de questions. Je suis donc entrée dans cette partie, pour tester l’expérience. Il y avait un parcours avec des boxes, pour découvrir une dizaine de pays du monde. Dans chaque box, les enfants pouvaient résoudre des énigmes, jouer avec des instruments de musique, dessiner des motifs ethniques etc. La gamification était très intéressante, car dans chaque box se trouvait une poinçonneuse et l’enfant avait un passeport dans lequel il pouvait prendre des notes et surtout reporter son poinçon. Les enfants passaient par tous les boxes pour remplir leur carnet et ne pas manquer de poinçons.

Photo d'un passeport ergo rempli et tamponné

Nous nous sommes donc lancées dans la réalisation d’un passeport ergo, faisant office de carnet de notes, gribouillages, compteur de points. Le passeport est composé d’une page par principe, à annoter et tamponner en fin de chaque séance d’Ergogame. Pour encore plus de fun, nous avons choisi des tampons avec des animaux mignons. Rien de mieux pour fidéliser un auditoire que de lui faire collectionner des animaux mignons ! 😀

Pour la partie apprentissage, nous avons misé sur des maquettes pour apprendre par l’expérience, associées à un support diaporama qui présente le principe ainsi que des exemples qu’on trouve dans la vie de tous les jours sur des sites actuels.

Par exemple si l’on regarde le site de cette agence artistique, la lecture est difficile à cause du choix de typographie et de l’utilisation des majuscules. La typographie est déterminante pour une lecture confortable, et l’attention doit être portée sur :

  • l’espacement entre les lettres, entre les mots, entre les lignes
  • les empattements
  • la hauteur des lettres
  • La longueur des lignes et l’alignement

Wikiwand propose par exemple d’afficher les contenus Wikipédia avec une typographie plus ergonomique que celle de Wikipédia (voir un article dans Wikiwand), et la possibilité de personnaliser certains attributs.

L’idée est de montrer que même si on a l’impression que c’est du bon sens, encore aujourd’hui, on utilise des sites qui n’appliquent pas les bonnes pratiques d’ergonomie. N’y aurait-t-il pas tout de même une expertise métier derrière le bon sens ?

Quelle démarche avons nous appliquée pour la construction de ces jeux ?

Pour le format, nous nous sommes inspirées d’un atelier de Julien Champagne, présenté lors des UX Days 2015 (conférence pour les professionnels de l’expérience utilisateur). Il menait une étude quantitative avec ses élèves et avait conçu un site internet qui permettait de tester 4 ou 5 principes d’ergonomie.

La première étape était, bien entendu, de lister les principes que nous souhaitions aborder. Pour cela, nous avons brainstormé en nous appuyant sur le travail de Bastien et Scapin*, et sur un article de blog écrit il y a quelques années par Margaux, résumant les principes ergo fondamentaux. Nous avons ainsi choisi une quinzaine de principes à présenter et illustrer. Nous avons ensuite regroupé ces principes en 6 grands thèmes, qui formeraient nos séances d’Ergogames.

Pour l’aspect pratique, nous avons choisi de réaliser des maquettes interactives (avec UX Pin). Pour illustrer les différents principes, nous avons proposé une IHM avec une tâche à accomplir pour chaque principe. Afin de convaincre les participant·e·s du bien-fondé de chaque principe ergo, nous avons essayé de mettre en place une approche scientifique : pour chaque principe, faire tester à la moitié du groupe une version qui applique correctement le principe (le jeu “contrôle”) et une version qui bafoue la règle (le jeu « test »).

Comment se déroule un Ergogame ?

Un Ergogame se déroule environ une fois par mois entre midi et deux, dure environ 30 minutes et contient 2 à 3 jeux. Les participant·e·s apportent un ordinateur portable pour deux.

  1. Chaque séance (surtout quand il y a de nouvelles personnes) commence par un rappel des “règles du jeu” de l’Ergogame :

    Nous ne sommes pas là pour évaluer votre capacité à résoudre les exercices, mais pour vous sensibiliser à des principes ergonomiques. C’est normal de ne pas réussir facilement certains exercices, c’est cela que nous cherchons à démontrer. Si la tâche est compliquée, ce n’est pas votre faute : c’est la faute du design !

  2. Nous partageons ensuite les 2 liens du premier jeu, et attribuons ceux-ci aux binômes : certains commencent par le test et d’autre par le contrôle. Lorsqu’ils ont réussi la tâche, les binômes testent l’autre lien pour comparer.
  3. Nous faisons ensuite une petite présentation du concept en s’appuyant sur le support, en présentant des exemples, et en répondant aux questions. Pendant cette étape, les participant·e·s prennent des notes dans leur passeport ergo.
  4. On enchaine ensuite sur le jeu suivant.
  5. En fin d’Ergogame, les pages remplies des passeports sont tamponnées !

Photo d'un participant heureux d'avoir validé son passeport ergo

Difficultés rencontrées

Si certains principes sont très simples à illustrer, d’autres sont beaucoup plus compliqués. Il a fallu trouver des conditions qui enfreignent chaque principe. Les tâches “test” devaient être significativement plus compliquées que les tâches “contrôle”, sans pour autant enfreindre d’autres principes. En effet, pour rester dans le cadre d’une expérience contrôlée, tous les paramètres doivent être égaux en dehors de celui dont on veut mesurer l’effet.

Il nous est également arrivé de réaliser que nous n’avions pas la même compréhension d’un principe ergo l’une et l’autre. Ça a été le cas par exemple sur le principe de Hick, que nous n’interprétions pas de la même manière. Après quelques lectures, nous avons pu aligner notre vision, c’était extrêmement enrichissant.

Et donc ?

Nous avons plaisir à entendre nos collègues demander “C’est quand le prochain Ergogame ?”. Nous avons réussi à créer un rendez-vous où les équipes de Lyon et Grenoble partagent un moment sympa. C’était l’un de nos objectifs : augmenter le nombre d’interactions entre nos équipes. Nous animons donc ces ateliers à deux, chacune dans sa ville, et répondons ensemble aux questions.

L’autre objectif de cette initiative étant l‘apprentissage de principes d’ergonomie, c’est toujours une grande satisfaction d’entendre nos collègues faire référence aux Ergogames dans le cadre du travail. Apprendre par le jeu fonctionne à tout âge !

Pour ancrer davantage les principes ergos dans la tête des collègues avec qui nous travaillons au quotidien, il nous arrive également de présenter des retours ergonomiques avec le principe associé. Par exemple :

Ça mériterait d’être un poil plus aéré entre les différentes catégories de filtres. Quizz passeport ergo : c’est le principe de…. ?

Une critique d’un développement réalisé passe toujours mieux si elle se réfère à des notions connues et objectives, plutôt qu’au simple avis de l’ergonome.

Capture d'écran d'un quizz ergogame via slack

Il y a forcément des imperfections et des pistes d’amélioration dans les Ergogames tels qu’ils existent actuellement. Toutefois, nous aimerions pouvoir les partager avec quiconque serait intéressé, afin de capitaliser sur ce travail existant. Nous cherchons actuellement le meilleur moyen de les partager largement, considérant les contraintes de licence (utilisation d’images sous licence) et de maintenabilité dans le temps (maquettes UXpin) que nous n’avions pas pour un usage interne ponctuel. D’ici là, n’hésitez pas nous contacter pour plus d’informations, ou pour échanger sur des bonnes pratiques de sensibilisation des équipes aux principes d’ergonomie !

 

* Critères Ergonomiques pour l’Évaluation d’Interfaces Utilisateurs (version 2.1), J. M. Christian Bastien and Dominique L. Scapin, INRIA, Technical report N° 156 Mai 1993

 

Marion Georges – @mgeorges_

Margaux Perrin – @Margauxlergowww.margaux-perrin.com

Photo lors d'un ergogame à Lyon
Tags : #ergonomie cognitive #gamification #partage #sensibilisation #transmission #ux-design

31 mai 2017
  • Partager

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *