­

LA VIE À SOGILIS

Sogilis, une entreprise pas comme les autres

Suite à mon départ de Sogilis en mai 2014, je n’ai pas cessé de m’intéresser aux entreprises libérées. Étant en veille active, je m’intéresse à plusieurs groupes sur le sujet. Il y a quelques jours encore, j’ai visualisé le TEDx d’Alexandre Gérard sur la transformation de Chronoflex (sa keynote à Agile Grenoble 2014 m’avait déjà interpellé). Les valeurs portées par ces entreprises, notamment donner la confiance d’office, me paraissent essentielles et m’ont amené à repostuler à Sogilis. Je profite de ce retour pour faire une analyse du chemin parcouru ces dernières années.

J’ai un peu eu la bougeotte et tout cela s’explique ! Après 10 ans passés chez un éditeur de logiciel où j’ai beaucoup appris sur la communication, l’agilité, le TDD, le BDD etc., j’ai souhaité découvrir d’autres projets, des nouvelles pratiques. J’avais besoin de changement, de nouveaux challenges, de nouveaux axes d’apprentissage. En fait, c’est assez normal : le temps où on entre dans une entreprise sans jamais en changer est révolu. En tout cas, c’est le conditionnement que nous recevons dès le plus jeune âge.

J’avais donc postulé et intégré Sogilis pour son fonctionnement différent et la nature passionnée des collaborateurs. D’ailleurs, 4 mois après mon intégration, j’avais proposé un retour ici. Mon premier projet fut passionnant. En effet, nous avons créé en équipe un logiciel d’implantologie dentaire pour 3DKreaForm ; les défis fonctionnels et techniques étaient grands. Nous avons énormément collaboré avec nos clients pour arriver à de chouettes résultats : valeur ajoutée importante, enthousiasme, budget contenu, plaisir… Bref, que du bonheur.

 

 

J’ai également fait mes premiers pas en tant qu’agent de changement vers l’agilité à l’extérieur. ScrumMaster depuis plusieurs années en interne dans mon entreprise précédente, j’avais l’envie, mais surtout le trac, de me lancer. Étant d’un naturel réservé et pas toujours sûr de moi, Laurent m’a coaché (il a cette facilité naturelle), donné confiance et permis de me lancer plus sereinement. J’ai ressenti cette première expérience d’accompagnement comme un vrai plaisir. Évangéliser une équipe sur les pratiques agiles en partant de zéro m’a fait comprendre que le changement prend du temps. J’ai appris à être patient. L’intervention à temps partiel et la base de code très ancienne ont été les aspects les plus difficiles du projet.

Cela m’a beaucoup apporté, j’ai compris que j’étais compétent sur le sujet (c’est important pour une personne travaillomane). Puis, j’ai décidé d’aller encore plus loin et d’accepter de mener une transition vers l’agilité d’une entreprise de 30 personnes en quittant Sogilis. Relever ce challenge me permettrait de valider ma capacité à mettre en place les pratiques agiles et son état d’esprit.

Ces ailes, c’est bien Sogilis qui me les a fait pousser. Je ne m’en suis pas vraiment rendu compte à ce moment-là. La clef de tout, c’est la confiance : les collaborateurs remis au centre du jeu. Évidemment, comme dans toute société, il y a des choses à améliorer et des contraintes. Mais l’autonomie, la liberté de proposer et d’entreprendre, l’écoute active, c’est plutôt rare.

J’ai donc débuté cette migration vers l’agilité dans cette nouvelle société dans un contexte très compliqué, autant au niveau de la communication que du management. Le command & control était là, bien ancré. La situation m’a beaucoup surprise les 2 ou 3 premiers jours : la communication était très mal en point dans l’entreprise et les marges de manoeuvre semblaient très étroites. Par bonheur, j’avais toujours mes super ailes.

J’ai donc entrepris et travaillé très dur pour changer la culture d’entreprise qui était à bout de souffle, ne permettant pas de grandir et de mener à bien les nouveaux projets. Ce travail a été compliqué car très exposé. En effet, j’ai dû intervenir à peu près partout dans l’entreprise, du process RH à la gestion des prestataires, en passant par la stratégie produit qui devait devenir itérative, et enfin l’accompagnement des équipes projets. J’ai du faire énormément de pédagogie envers la direction et les équipes, en adaptant le discours à chaque situation. J’ai rapidement compris que la passion et l’envie seraient insuffisantes pour travailler dans ce contexte sur le long terme.

Après les premiers résultats concrets tels que la sortie d’une version mobile du produit dans les délais, une qualité en très nette amélioration, le développement d’une nouvelle génération de produits débutée et une structuration/priorisation de tous les projets, j’avais en quelque sorte terminé ma mission. C’est pourquoi j’ai décidé de quitter cette entreprise ; je devais passer le témoin afin que d’autres choses puissent être abordées. En analysant la situation, je n’ai pas cessé d’insuffler des valeurs de coopération, de confiance, d’agilité projet, mais aussi comportementale. Ces valeurs qui me paraissent essentielles sont aujourd’hui, si ce n’est assimilées, comprises. Je suis fier du chemin parcouru par les équipes et par les managers que je n’ai pas ménagés du tout ! Le changement est effectif.

 

 

J’ai énormément appris dans cette entreprise, sur moi notamment. J’ai compris que l’équipe de Sogilis m’avais permis d’avancer rapidement en l’espace d’une année, de prendre confiance, de m’éclater, de focaliser mon énergie sur ma passion pour le développement de logiciel. Ces raisons me poussent à travailler à nouveau dans cette belle entreprise où faire confiance est une valeur acquise. Pour moi, aujourd’hui, c’est une évidence : les plus beaux projets ne peuvent sortir que d’un état d’esprit libéré.

Luc

Tags : #entrepriselibérée #témoignage

30 août 2016
  • Partager

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *