­

DÉVELOPPEMENT

Le Re-Apprentissage

Une équipe est continuellement en train d’apprendre. Sans que l’on s’en rende forcément compte, une quantité importante de savoir que l’on peut qualifier de nouveau est assimilé par les différents membres de l’équipe.

 

Si cette nouvelle connaissance n’est pas analysée, formalisée et partagée de manière intelligente, il y a fort à parier que le prochain équipier ayant besoin de cette information soit obligé de repasser par ce mécanisme d’apprentissage.

Nous avons été confronté à ce problème lorsque nous avons commencé à travailler sur le projet Squadrone System, où nous avons découvert un domaine nouveau, celui des drones.

Voici le processus que nous avons mis en place pour limiter le phénomène de ré-apprentissage.

 

Catégoriser les connaissances

Nous avons tout d’abord catégorisé les différents types d’apprentissages. Cela nous a permis de mieux identifier les tâches sur lesquels l’apprentissage est le plus susceptible d’arriver. Cette liste va très probablement évoluer dans le temps, mais voici celle dont nous disposons pour l’instant :

  • Les Procédures (installation d’un poste, modifier tel paramètre sur le drone…)
  • Les Études (comment fonctionne un protocole, reverse engineering sur certains logiciels…)
  • Les Notes d’architectures

 

Repérer où se trouve la connaissance

Une fois que les différents types de connaissance sont identifiés, il nous a fallu identifier les user stories susceptibles de contenir un nouveau savoir. Pour cela, nous examinons chaque story du backlog lors de la planification afin de déterminer si elle va générer de la connaissance à partager.

Si nous considérons la story éligible, nous ajoutons le fait de rédiger une étude ou une procédure à la définition du done pour cette strory et nous la re-estimons en prenant en compte le temps nécessaire à la formalisation. J’insiste sur l’intérêt d’ajouter un critère à la définition du done et de ne pas ajouter une autre story dans le backlog car elle sera la première à être supprimée dans le cas d’une itération difficile.

 

Formaliser la connaissance

Lorsque l’on sait quand et quoi rédiger, il faut encore le faire de manière à ce que l’information soit facile à formaliser. Nous avons choisi le format Markdown qui permet de faire une mise en page de qualité à partir de simples fichiers texte.

Grâce à ce format, il est facile d’insérer des images et des liens dans les documents. Cette simplicité permet d’avoir des documents de meilleure qualité (plus clairs et mieux documentés).

 

Partager la connaissance

La documentation écrite doit être accessible à toute l’équipe. Comme nous disposons d’un format mergeable (Markdown) et que nous utilisons GitHub pour notre base de code, nous avons naturellement utilisé GitHub pour gérer notre documentation.

GitHub nous permet ainsi de consulter, de manière agréable, notre documentation en ligne (GitHub intègre le rendu Markdown), mais aussi de la modifier en ligne.

Notre documentation est donc consultable et modifiable en ligne, et versionnée.

 

Tenir l’information à jour

Il est aussi primordial de tenir la documentation à jour tout au long du projet. Notre projet est récent et nous n’avons pas encore été (trop) confrontés à ce problème. Cependant, nous pensons qu’un outil simple augmente nos chances de tenir à jour cette documentation.

 

Conclusion

Nous avons mis en place ce moyen de gérer la documentation il y a maintenant 4 itérations. Nous manquons parfois encore un peu de rigueur dans certaines phases de ce processus mais il commence à porter ses fruits. Nous avons une documentation à jour et relativement riche pour un projet qui n’a démarré que deux mois auparavant.

Valentin

Tags : #apprentissage

1 avril 2014
  • Partager

Commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.